Bienvenue dans l’Enclave, huit clos dont votre personnage amnésique est prisonnier.
 
AccueilAccueil  MembresMembres  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  GroupesGroupes  

FERMETURE (TEMPORAIRE?) D'INCLAVATUS+ d'infos par ici.

Partagez | 
 

 Je suis innocent — Septima & Noch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noch
ASVOS
ASVOS
avatar

★ MISSIVES : 50
★ AVATAR : Yoon Bum
★ CRÉDITS : Isadora // Ange // Circé // OF
★ RÔLE : Botaniste

MessageSujet: Je suis innocent — Septima & Noch   Jeu 10 Aoû - 15:15



_______



Noch, l’être aux tourments passionnés, à la vison floue et au cœur faible. Quatre années, quatre longues années se sont écoulées depuis son réveil dans cette mystérieuse forêt. Ce même lieu dans lequel il a élu domicile, sa maison, son terrain de recherche et de jeu. Jeune botaniste en éternel apprentissage il aimait se perdre dans cet espace à demi-connu, se cacher pour épier les inconnus, se balader pour découvrir toujours plus de merveilles, ainsi il occupait ses journées. À demi-connu nous disions, le jeune homme que ce soit par peur ou fainéantise n’aimait pas s’aventurer au-delà de ces frontières qui lui était assez familières. Mais les plantes y étaient semblables, trop à son goût, non pas qu’il avait la prétention de toutes les connaître, mais il ne décelait plus la diversité.

Alors, en ce jour quelque peu nuageux et humide, il décida d’explorer des territoires plus vastes, plus enrichissants. Marchant sur les grandes routes à l’aide de ses jambes tremblantes il se dirigeait frêlement vers le sud de l’Enclave avec angoisse, plus d’une fois il se demanda s’il ne devait pas rebrousser chemin. Retourner vers la routine qui lui suffisait tant, cette routine qui pourtant ne savait le combler. Noch n’était pas heureux, mais il n’était pas malheureux pour autant, il vivait, se contentait de respirer en attendant un prochain lendemain. Mais en ce temps, il voulait vivre, vivre réellement, non pas en côtoyant plus de monde qu’à son habitude, ou en découvrant des plaisirs qui lui était jusque lors inimaginables. Simplement, il voulait se sentir à nouveau émerveillé face à ce qu’il ne pensait pas existant. La botanique était devenu pour lui plus qu’une passion, c’était un remède pour son esprit morose. Cette envie le dévorait depuis des semaines, et enfin, le courage -bien que maigre- était venu à lui. Alors il ne pouvait pas, il ne pouvait pas tourner le dos à ce qu’il convoitait simplement par peur, pour une fois, une simple et une unique fois, il se devait d’être courageux.

Arrivé au lieu-dit, il prit une grande inspiration, dévorant l’oxygène environnant pour s’en repaître, il appréciait, rongeait chaque bourrasque qui se présentait à lui. Jamais encore il n'avait pris la peine de visiter cette zone, un nouveau monde s’offrait à lui, un monde aux mille et une découvertes. Pourquoi avoir choisi cette destination plutôt qu’une autre ? Le hasard. Il ne s’agit ni plus ni moins que du hasard.
S’arrêtant à presque tous les buissons, il prenait soin de récolter un échantillon suivit d’une description qu’il notait adroitement dans un carnet qui avait pris soin d’emporter avec lui. Un léger sourire se dessinait sur son visage, heureux face à cette activité revigorante. Tantôt il touchait, sentait, étudiait, tantôt il gribouillait. L’humidité s’emparait de plus en plus du domaine, les nuages laissant même échapper quelques gouttes par moments. Notre ami n’étant pas dégourdi, il ne fut pas plus de facteur pour qu’il se mette à glisser, puis rouler, les ronces et les branches le coupèrent à certains endroits. Gisant et tremblant quelques mètres plus loin il observa ses vêtements déchirés, ses genoux, sa joue droite, ainsi que ses mains étaient bariolées de griffes et de perles rouges. Avec maladresse il se redressa pour se poser sur son postérieur, il se demanda alors si un quelconque filtre existait pour estomper sa maladresse.

Perdu dans ses pensées il ne remarqua pas l’ombre grandissante qui s’approchait de lui, sans doute interpellé par les bruits causés par sa dégringolade. Des mains fermes, des mains fortes et puissante s’emparèrent de ses bras, Noch surpris, laissa entendre un cri strident, un cri de petite fille apeurée. Son corps traînait à moitié sur le sol tandis qu'on le tirait vers une destination qu’il ne désirait pas connaître. Le jeune homme, de ses faibles muscles se débattait, hurlait qu’on le délivre, et avec cela des larmes commencèrent à couler pour signifier sa détresse. Les deux hommes restèrent calmes, impassibles, sans un mot pour éclaircir la situation. Le chemin ne fût pas très long, quelques minutes suffirent pour que Noch découvre l’incroyable merdier dans lequel il venait de tomber. L’entre des Lions. Jamais il n’avait eu l’occasion de visiter ce camp détenu par un clan qui l’effrayait, et aujourd’hui, il se retrouvait mélangé à la poussière de ses propriétaires.

Les yeux gonflés, le corps mou et griffonné, il finit par atterrir dans une grande tente, une tente qui ne lui inspirait ni confiance, ni réconfort. Faible et pathétique, on le relâcha avec force, balancé telle une chose sans valeur, au pied d’un être inconnu. Ce n’est quand levant le regard qu’il prit conscience de son réel malheur. Septima, chef du clan Liontari, cette grande dame redoutait par beaucoup, celle dont il n’a fait qu’entendre parler, se trouvait à présent face à lui.

- Cet individu espionnait les environs de l’entre.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Septima
LIONTARI
LIONTARI
avatar

★ MISSIVES : 220
★ AVATAR : Lust.
★ CRÉDITS : La plus belle des moches.
★ RÔLE : Chef de Clan.

MessageSujet: Re: Je suis innocent — Septima & Noch   Sam 12 Aoû - 22:43


Innocent
Feat Noch
Mes doigts passent sur le carnet de notes que je ferme délicatement. L'esprit épuisé par les chiffres et les comptes, je recule légèrement dans mon siège pour essayer de me détendre. Un long soupir s'échappe de mes lèvres et je repense aux journées vécues avant ; un peu de nostalgie m'embrasse le front - autrefois je n'avais pas toutes ces choses à porter ; et à supporter. Les rapports, les soldats, l'ingratitude, la loyauté, les inventaires et surtout, les responsabilités. Autrefois, ma vie se rythmait par la survie et les questions ; désormais, c'est le besoin de protéger autrui qui surplombe le tout.

Parfois, je me surprends à m'oublier.
C'est dans ces moments-là que je réalise que je ne suis plus - mon Clan est devenu tout pour moi.
Je leur donne tout ; c'est sans doute pour ça que certains ne se retournent pas face à la mort.

Cet individu espionnait les environs de l’entre. Une voix me sort de mes songes, et je vois un gamin bouleversé à quelques mètres de moi. Son visage, tiraillé par la peur, est marqué par la violence des deux soldats peu douillets qui l'ont sûrement trainé jusqu'ici. Tout le reste de son corps, lui, est décoré du doux accueil qu'offrent les terres du Sud. Un haussement de sourcil et un geste de la main en guise de réponse ; les deux silhouettes imposantes disposent sans réclamer leur dû. Je laisse un silence rythmer les évènements, comme une pause qui lui est offerte pour reprendre son souffle.
Pendant un instant, il me rappelle Finn - ou plutôt, le garçon qu'il était avant.

Mais je vois en cet inconnu quelque chose d'autre. Peut-être n'est-il pas nouveau. Peut-être n'est-il pas perdu.
Et puis, lui, comprend très bien qui je suis ; il doit donc être d'un autre Clan.
Je me redresse lentement, comme face à un animal blessé - je ne veux pas le brusquer ( bien que ce soit déjà fait). Je me dirige vers un meuble pour saisir deux verres en fer ainsi qu'un peu d'eau. Mes pas vont ensuite en face de l'enfant, je m'accroupis pour lui tendre son verre, puis déclarer d'une voix qui se veut rassurante[color=indianred] Tiens, bois... [color]De mon autre main, j'effleure ses blessures, pour rajouter Tu dois venir de loin... Ou alors ce sont mes soldats qui t'ont fait ça ? Mais ça m'étonnerait qu'ils désobéissent. Une courte pause Bien que je doute que tu sois un espion, tu étais sur nos terres... Donc je me dois de te demander qui tu es, et pourquoi tu étais là. Ma voix se fait plus ferme sur mes derniers mots, comme pour l'informer que sa réponse dirigera certainement son sort prochain.
© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noch
ASVOS
ASVOS
avatar

★ MISSIVES : 50
★ AVATAR : Yoon Bum
★ CRÉDITS : Isadora // Ange // Circé // OF
★ RÔLE : Botaniste

MessageSujet: Re: Je suis innocent — Septima & Noch   Mer 16 Aoû - 16:09



_______



Les deux bourreaux disparus, laissant Noch face à une peur plus grande encore. Ses yeux se dirigèrent vers la sortie, s’enfuir, il pourrait s’enfuir. Courir vite, comme si ça vie en dépendait, et ce n’était pas une simple supposition. Tous les scénarios se mélangeaient, essayant de trouver au moins une fin heureuse, mais impossible, il ne faudrait que quelques minutes, secondes, pour que son destin soit scellé. Résigné, il accepta intérieurement la suite des événements, n’osant imaginer le bonheur.
La redoutée s’écarta à son tour pour voyager dans la pièce, Noch de son regard battu la suivait avec attention. Lorgnant chaque mouvement de la dame, ceux-ci pouvant sans doute prédire l’avenir. Grand fataliste, grand pessimiste, il l’imaginait déjà arborer une épée pour la placer sous sa gorge, le réduisant alors au statut de cadavre. Mais il n’en fut rien. Un verre, un simple et inoffensif verre, se présenta à lui, un acte dénué de toute violence, de toute menace.

- Tiens, bois…

Sur ces mots, Noch s’embarra timidement de la coupe, n’étant pas sûr de son droit. Ses mains tremblantes pouvaient laisser une goutte s’échapper à tout moment. La respiration du jeune homme était plus calme, bien que toujours quelque peu saccadée. Il faisait de son mieux pour ne pas montrer sa frayeur, pour ne pas être pathétique, mais cela était peine perdue. Ses lèvres rentrèrent en contact avec le liquide, approuvant ainsi la « demande » de la grande dame.  
Les mains douces de cette dernière se posèrent sur la peau, plus encore, sur ses blessures. De simples égratignures superficielles qui ne feront pas de lui un infirme. Noch n’était pas tactile, la proximité physique n’était une chose qu’il appréciait, au contraire, mais il ne peut montrer son désaccord. En vérité, c’était sans doute la première fois qu’il se sentait apaisé par ce genre de geste, une certaine forme de réconfort détaillait son visage.

- Tu dois venir de loin... Ou alors ce sont mes soldats qui t'ont fait ça ? Mais ça m'étonnerait qu'ils désobéissent.

La pauvre brebis esquissa un hochement de tête signant un « non »

- Bien que je doute que tu sois un espion, tu étais sur nos terres... Donc je me dois de te demander qui tu es, et pourquoi tu étais là.

Sa voix, ces mots, il n’y avait plus rien de rassurant. La gorge du jeune homme se serra soudainement, ses pupilles la fixaient avec crainte, dévoilant une mine piteuse. Il devait répondre, il devrait répondre, il devrait répondre ! Mais les phrases se bousculaient dans sa tête, ses pensées étaient imprécises, ne désirant pas le délivrer de la situation. Et si, cela ne lui plaisait pas, certes il n’avait rien fait de mal, mais cela n’était que son avis. Et si, malgré tout, la méfiance était de mise. Noch déposa le verre au sol, il serra les poings comme pour se donner du courage, l'échine courbée et les mirettes closes. D’un coup par la force de l’adrénaline il se redressa, brusquement, mais d'une façon peu convaincante.

- Je.. Je.. Son regard se planta dans celui de son interlocutrice, pas pour la défier, simplement pour montrer sa sincérité. Je m’appelle Noch, je suis botaniste et je viens d’Asvos…

C’est ainsi, avec ces 3 qualifications qu’on pouvait le décrire, 3 maigres qualifications qui répondent à une question pourtant complexe. Il lâcha un dernier soupir, soulagé, mais il sentait que ce n’était pas comme cela qu’il pourrait s’en sortir. Ses bras se croisèrent, signe d’auto-protection, prêt à narrer sa défense.

- Pour tout vous dire… Je cherchais de nouvelles plantes, rien de plus, j’ai glissé, et je suis tombé proche de vos gardes. Je ne voulais pas de problème, excusez moi…

C’était la vérité, mais pouvait-on le croire lorsque l’enclave entière était aux aguets. Noch n’avait pas le profil d’un espion, d’un menteur, d’un magouilleur, or il était le seul à le savoir en cet instant.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je suis innocent — Septima & Noch   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis innocent — Septima & Noch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i n c l a v a t u s :: L'Enclave :: Sud de l'Enclave :: L'Antre des Lions-
Sauter vers: