En imposanteur. (nassim)
 :: L'Enclave :: L'Est de l'Enclave :: Chalet Va-et-Vient

★ MESSAGES : 58
★ AVATAR : eren j. (snk)
★ CRÉDITS : nassim & sahil & croyance & septima, merci à vous.
★ RÔLE : tapineur & reporter.
Howe
LIONTARI
Il n'avait fallu qu'une toute petite pression du pied pour s'envoler parmi les rochers.
Pour s'envoler, pas exactement : l'absence de gravité ne signifiait pas pour autant que Howe volait. Il ignorait le terme exact pour décrire ce qu'il faisait, et le fait de le faire pour le plaisir empêchait de remplacer ce pseudo-vol à une quelconque activité utile, alors il se disait qu'il planait. Et à ces yeux, il n'y avait rien de plus magique que de flirter dans le vide avec les rochers - ce qui, de la part d'un sorcier, n'était pas peu dire. Il aimait cette expérience unique en son genre parce qu'il avait subitement l'impression de ne plus être sur Terre, mais dans l'espace. C'était ce genre de sensations qui lui faisaient apprécier l'Enclave et trouver que cet endroit avait son charme. Mais elles n'étaient guère assez nombreuses pour l'inciter à vouloir s'installer durablement ici. Howe étouffait et ce n'était pas en se rendant dans un endroit normalement dépourvu d'air qu'il allait pouvoir reprendre son souffle.
En tant que Liontari bien caché, Howe n'était pas du genre couard : à peine avait-il vu le gouffre qu'il avait été pris de l'envie de l'essayer immédiatement. Mais son enseignement l'avait rendu prudent et il avait été très méticuleux dans son exploration de la faille. Depuis, il parvenait à s'y déplacer sans problème.
En sautant d'un rocher à l'autre, Howe songeait qu'il avait toujours connu l'endroit ainsi. Les raisons qui expliquaient qu'un tel phénomène physique pût exister dépassaient l'entendement, et il ne s'y était pas frotté. Les plus scientifiques de ses collègues avaient avancé des idées, insatisfaits de l'explication commune qui dit que c'est de la magie. Mais au fond, n'était-ce pas plus important de savoir ce qui avait causé ce gouffre ? Ou, mieux encore, d'en profiter.
(ou, pour les plus sceptiques, de profiter des accidents pour vendre à tout prix)(le journalisme poubelle n'avait décidément pas de frontière)
Pour réfléchir en toute liberté, il n'y avait pas mieux comme endroit. Lorsqu'il avait besoin de faire le point sur quelque chose, ou qu'il désirait réfléchir à une lettre qu'il ferait parvenir en douce à Septima, Howe appréciait se rendre au gouffre. Il n'emportait jamais d'affaires personnelles ou compromettantes, juste sa tête. Et Howe n'avait plus qu'à se laisser flotter à proximité d'un rocher pour laisser ses idées dériver.
Du moins, en temps normal. Ce jour-là, l'accident qui faisait couler tant d'encre arriva en même temps qu'une crampe qui se déclencha brusquement dans la jambe de Howe. Une grimace de douleur passa fugacement sur son visage pendant qu'il essayait de rabattre sa jambe pour tenter de la soulager. Peine perdue. Le mouvement le fit dériver plus que nécessaire et il se rendit compte avec horreur qu'il n'arrivait plus à rejoindre le rocher qu'il comptait atteindre. L'heure n'était pas encore venue de céder à la panique, mais Howe se trouvait dans une situation bien délicate. S'il ne trouvait aucune solution, sa vie de tapineur prendrait fin plus rapidement que prévu.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 131
★ AVATAR : ookurikara
★ CRÉDITS : effie / sahil / croyance
★ RÔLE : cerbère
Nassim
AQUILA
Il flottait dans les airs, tel un oiseau retrouvant ses ailes après une longue convalescence. Nassim croyait parfois que l'homme était fait pour voler ; il s'était retrouvé arraché au ciel et, emprisonné au sol, il ne pouvait plus revenir chez lui. C'était là le sens même de la magie : redonner à l'humanité une chance de conquérir les cieux perdus.
Nassim n'avait jamais considéré l'est de l'Enclave comme un endroit sinistré. Il était pour lui une zone de jeux, un espace de détente où il pouvait se défaire de l'étiquette de cerbère et n'être plus que Nassim. Parfois, il donnait aussi des rendez-vous ici. Et il avait l'intention d'en proposer un bientôt, aussi avait-il décidé de partir en reconnaissance. Les lieux changeaient trop ; il s'efforçait donc de s'y repérer, et somme tout il y arrivait bien.
La curiosité le fit lever les yeux ; il aperçut alors Howe, frêle silhouette planant au dessus de sa tête, qui sautait d'un rocher à un autre. Alors qu'il exécutait le geste avec une candeur délicate, Nassim ne put s'empêcher de le comparer à un oiseau de proie. Howe, il était humain ; plus encore que les autres, plus encore que lui-même. Voilà pourquoi ses vols étaient des chefs-d'œuvre ; le moindre mouvement criait sa vulnérabilité et sa puissance mêlées.
Puissance - il s'élançait avec majesté.
Vulnérabilité - quelque chose dut se passer, car il ne parvint pas à atteindre son objectif, et commença à tomber.
Nassim réagit d'instinct, se portant à sa rencontre pour lui amortir la chute. Les deux corps entrèrent en contact avec douceur, les mains du cerbère glissant contre les flancs du reporter, et il l'entraîna à lui avec lenteur. Stabilisés sur une autre roche éclatée, Nassim lâcha enfin Howe et lui adressa un sourire tendre.
« Quel fier aventurier tu fais là. » : commenta-t-il, en guise de bonjour.
Son regard plongea dans les yeux clairs de Howe - une teinte si pâle que Nassim se doutait qu'elle n'était pas exactement naturelle, mais qu'il appréciait malgré tout -, et il songea que son regard avait la chaleur du printemps.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 58
★ AVATAR : eren j. (snk)
★ CRÉDITS : nassim & sahil & croyance & septima, merci à vous.
★ RÔLE : tapineur & reporter.
Howe
LIONTARI
Peut-être aurait-il dû paniquer, en fin de compte. Il était tout simplement effrayant de voir son appui s'éloigner de soi de secondes en secondes, sans que la possibilité d'en trouver un autre à proximité ne se présente. Quelques secondes encore, et le pauvre Howe se retrouverait englouti dans des ténèbres dont personne ne connaissait le nom. Le fragment d'une prière vint lui chatouiller la mémoire, trop indistinct cependant pour que Howe puisse la saisir, mais le jeune homme se souvient qu'autrefois, il aurait adressé une supplication à ce dieu invisible auquel il croyait avec ferveur. Désormais, il ne comptait sur plus personne pour le sauver, mais il ne parvenait pas à croire à sa propre fin, cela paraissait impossible. Howe attendait un miracle qu'il ne savait pas comment provoquer. Il espérait en silence avant que tout espoir ne lui soit retiré.
Un corps entra soudain en contact avec le sien. Surpris, Howe laissa échapper un hoquet. Il se sentait presque gêné dans sa chute par cette personne - qui lui semblait être un homme - qui le rattrapait. Mais il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir : Howe comprit qu'il était sauvé. La situation était légèrement humiliante, mais il ne pouvait pas s'en plaindre à voix haute - du moins, pas tant qu'il n'était pas de retour sur quelque chose de solide. Il n'eut pas à attendre bien longtemps : son corps entra enfin en contact avec un rocher. Immédiatement, Howe porta la main à sa jambe crispée en espérant soulager un peu la douleur en la massant - ce n'était pas forcément utile, mais il ne supportait pas de rester inactif quand il avait mal. Ce fut seulement ensuite qu'il leva vers les yeux vers son sauveur et découvrit la silhouette majestueuse de Nassim.
Le cerbère était de ces hommes à l'allure distinguée qui vous faisaient irrémédiablement vous sentir à la fois faible et grossier, parce qu'il était de ces êtres dont l'apparence travaillée servait de carapace à une intériorité mystérieuse. Les tatouages qui ornaient sa peau de bronze avaient toujours fasciné Howe, et il avait rarement eu l'occasion de les admirer d'aussi près. Le dessin était magnifique et vaguement terrifiant. Howe en aurait frissonné si le visage de Nassim au dessus de lui n'était pas étonnamment amical. Howe ne savait pas ce que Nassim appréciait chez lui : n'était-il pas d'une banalité affligeante, avec son visage que tous oubliaient, n'était-il pas un mensonge intolérable, lui qui portait des artifices pour cacher ce qu'il était ? Il n'y avait rien derrière Howe, mais Nassim ne semblait pas le savoir - quoiqu'il ne semblait pas s'y intéresser.

« Je n'avais pas besoin de ton aide. » répliqua Howe d'un ton plus sec qu'il ne l'aurait voulu.

En revanche, l'accent chinois tailladait ses paroles avec son efficacité habituelle - il ne se trahissait pas complètement. Howe éprouva un peu de remords à cause de cette défense déraisonnable. Il n'aurait pas dû traiter si mal Nassim qui, après tout, lui avait sauvé la vie. Peut-être aurait-il pu trouver une autre solution qui lui aurait épargné l'issue fatale, d'ailleurs. Mais cela n'excusait en rien son ton.

« Désolé. » laissa-t-il tomber finalement.

Howe se releva, révélant une taille légèrement inférieure à celle du Cerbère. Il devait un peu lever les yeux pour voir ceux de Nassim, d'un brun un peu plus clair que ce que lui-même avait au naturel. Il ponctua ce geste d'un bien habituel, qui aurait pu se perdre dans l'indifférence la plus totale au fond du gouffre, tant celui-ci avait été prononcé d'une petite voix. Il n'épousseta pas la poussière qui s'était déposée sur ses habits, comme si ce détail n'avait pas la moindre importance pour lui.

« Bien bien, Nassim, je suis ravi de te voir, qu'est-ce que tu fais ici ? » demanda-t-il enfin d'un ton qu'il espérait doux.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 131
★ AVATAR : ookurikara
★ CRÉDITS : effie / sahil / croyance
★ RÔLE : cerbère
Nassim
AQUILA
Nassim n'avait jamais su à partir de quel moment il s'était intéressé à Howe. Il avait déjà bien du mal à se souvenir de l'instant précis de leur rencontre : il n'était pas vieux, mais pas récent non plus. Et puis, peut-être ne s'étaient-ils pas parlés ce jour, peut-être n'y avait-il que leurs regards qui s'étaient frôlés un instant - les iris noires de Nassim, et les prunelles miraculeuses de Howe. Il se pouvait qu'il voyait en Howe une victime qui n'avait pas conscience de l'être ; un être qui, sous couvert de banalité, cachait en vérité de sombres blessures. Paradoxalement, Nassim pensait que c'était un cas général. Y avait-il une seule personne qui n'avait pas son lot de cicatrices et de blessures ?
Voilà ce qu'il n'aimait pas, dans l'Enclave. Les souffrances disparaissaient, et leurs réminiscences ne faisaient aucun sens.
Il voulait que sa vie ait du sens.
Il aimait cette voix aux inflexions étranges ; elle lui rappelait certaines intonations dans la sienne. Cela lui évoquait le déracinement, la certitude que le monde n'était pas exactement égal, et que certains venaient de plus loin que d'autres. Pourtant, ces différences devaient être effacées, comme si elles ne comptaient pas.
Encore une chose que Nassim n'aimait pas, dans l'Enclave.
« Pas de problème. » : finit-il par murmurer d'une voix grave ; il était ému.
Il appréciait les variations d'humeur de Howe ; le jeune homme avait cette capacité à changer d'expression rapidement. Il semblait parfois au cerbère que Howe était irréel. Tout était travaillé en lui ; ses cheveux étaient teints, ses yeux n'étaient pas naturellement verts, et ses traits, eh bien, ils étaient particuliers. Mais cette irréalité le rendait, au final, plus vivant encore. Nassim aimait capter sa sincérité ; il y parvenait parfois, lorsqu'il le voyait plongé dans la contemplation. Son regard se perdait au loin, et ses lèvres se fendaient d'un faible sourire. Il n'avait jamais su si ce sourire était heureux ou triste.
« J'essayais simplement de chasser de mon esprit quelques pensées gênantes. Rien de plus. Alors j'avais envie d'une promenade dans un lieu atypique. »
Il pourrait s'en défendre, mais Nassim aime cet endroit. Il apprécie véritablement l'absence de gravité et les paysages impossibles. Cela lui donnait l'impression d'être un peu plus libres. De ne pas être, finalement, un cerbère. Il n'y avait que Nassim, et il n'y avait que Howe, et autour d'eux les roches flottantes évoquaient des champs d'astéroïdes, et s'ils étaient dans l'espace, eh bien, l'éternité leur appartenait.
« Et toi ? toujours en quête d'un scoop, ou tes motivations sont similaires aux miennes ? »
Il aurait aimé être capable de le lire dans les yeux de Howe. Mais ses émeraudes recelaient tant d'ombre qu'il savait qu'il n'y arriverait jamais ; qu'il y aurait toujours une part de mystère autour de lui, enfilée tel un manteau. Et c'était cela, le vrai problème avec lui : il y avait un monde derrière ses yeux, et Nassim ne pourrait jamais rien faire pour s'en emparer.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 58
★ AVATAR : eren j. (snk)
★ CRÉDITS : nassim & sahil & croyance & septima, merci à vous.
★ RÔLE : tapineur & reporter.
Howe
LIONTARI
La brusquerie de Howe passa inaperçue. Nassim n'était pas homme à s'en émouvoir, il lui en fallait bien plus pour l'insulter, probablement parce qu'il savait qu'au fond chacun d'entre eux ne pouvaient nier ce qu'il en était vraiment, et qu'il voyait qu'à sa manière, Howe cherchait à lui manifester de la gratitude. Cette capacité à prendre distance avec ses émotions et à agir rationnellement était ce que Howe préférait chez le cerbère. Il s'agissait cependant là aussi d'un obstacle pour ceux qui se frottaient à lui - et Howe se réjouissait secrètement de ne pas avoir été affilié à Aquila, car voilà bien un homme qu'il n'aurait jamais réussi à corrompre. Trop droit, trop pur, voilà ce qu'était l'incorruptible Nassim.
Derrière cette calme assurance se cachait cependant un bouillonnement de pensée que même un cerbère avait besoin d'ordonner parfois. Howe ne comprenait que trop bien cette sensation et, instinctivement, hocha légèrement la tête pour signifier qu'il le comprenait. Les hommes qui gardent des secrets ont besoin de trouver un exutoire dans la paisible altérité de la nature, sans personne pour venir les déranger.

« Je suis venu pour la même raison que toi, répondit Howe, complice. Le seul scoop que j'aurais pu récupérer est ce désagréable accident que j'ai évité grâce à toi. »

Il n'aurait pu faire mieux en guise de remerciement, et il savait que Nassim apprécierait. Howe avait la conviction que le cerbère n'aimait pas les personnes qui se répandait en mercis exagérés et préférait une gratitude plus posée. Il pouvait cacher beaucoup de choses à Howe, mais pas celle-là. Peut-être que l'absence de gravité était l'occasion idéale pour faire preuve de plus de sincérité. Howe sourit doucement. Après tout, lui aussi effeuillait la surface de sa conscience lorsqu'il cherchait la paix dans la solitude. Il ne pouvait pas cacher que lui aussi était un homme préoccupé, que les scoops n'étaient pas toute sa vie et que parfois, il avait besoin de prendre un peu de distance avec tout cela pour essayer de se retrouver. Mais il lui semblait toujours que son identité se réduisait à une fine pellicule fallacieuse qui n'entourait que du vide.
Le silence aurait pu régner entre eux, la barrière de leurs pensées respectives les isolant plus sûrement qu'un mur. Ils auraient pu rester là jusqu'à ce que l'un d'eux décidât qu'il était l'heure de rentrer, et qu'il n'avait plus rien à faire ici. Les amis de longue date faisaient parfois cela. Les étrangers aussi. Howe ne savait pas ce qu'ils étaient vraiment. Il lui semblait parfois qu'ils étaient amis tous les deux. La plupart du temps, c'était l'écume de leur ignorance qui venait recouvrir leurs yeux aveugles de l'autre. Un mystère insondable qu'il brûlait de comprendre. Il y en avait, des gens comme ça, pour Howe, des gens qui semblaient tellement plus vrais que lui et qui pourtant refusaient de se dévoiler. Derrière leur voile se cachait une véritable beauté, pas comme lui. Et Nassim avait une place particulière, parce qu'il ne laissait aucune prise, parce que ce qui semblait le déterminer un moment devenait brusquement inadéquat à un autre.

« Nassim. »

Le prénom avait dans sa bouche des inflexions nouvelles qu'on ne reconnaissait pas vraiment. Le prénom ne faisait pas partie du vocabulaire de Howe mais provenait d'une langue étrangère à la sienne et étrangère à celle des autres. Il ne savait pas le prononcer comme il faut. Ce qui ne l'empêchait pas d'essayer.

« Qu'est-ce qu'un cerbère peut bien avoir à cacher ? »

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 131
★ AVATAR : ookurikara
★ CRÉDITS : effie / sahil / croyance
★ RÔLE : cerbère
Nassim
AQUILA
Quelques aient été les motivations de Nassim, lorsqu'il avait décidé de tenter l'aventure, en poussant ses pas à l'est de l'Enclave, elles avaient été balayées par la bourrasque appelée Howe. Les pensées qu'il tentait de fuir étaient chassées de son esprit par la présence du reporter ; subitement, son âme s'emplissait de lui, appelant sa contemplation avec brutalité. Nassim était content d'être tombé sur lui ; Howe était peut-être la personne dont il avait le plus besoin en ce moment. Une présence amicale et lumineuse, mais sensible aux ténèbres, qui menaçait de vaciller à chaque instant : c'était ainsi que le cerbère se représentait son camarade, et son imaginaire le convainquait qu'il trouvait en lui un élément complémentaire. Howe, toujours en quête d'un scoop, avait aussi des démons devant lesquels il reculait. Nassim ressentit le brusque désir de le toucher, de le prendre dans ses bras comme il l'aurait fait d'un enfant ; mais Howe ne demandait pas à être calmé, et en vérité, Nassim ne savait pas s'apaiser lui-même. Il hocha donc la tête.
« Je t'en prie. » : murmura-t-il, et ses yeux se perdirent à l'horizon pendant quelques secondes, comme s'il cherchait un quelconque obstacle qui pouvait les gêner.
Il ne vit rien : autour d'eux, les roches en mouvement semblaient décrire des rotations extraordinaires dans le seul but de les éviter.
Il n'y voyait pas la main du destin,
juste le hasard - comme toujours.
Nassim se sentit mal à l'aise en entendant son prénom dans la bouche de Howe. Nombreux étaient ceux à le prononcer, mais sous les lèvres du reporter, il apparaissait comme défaut. C'était peut-être dû à son relent d'accent, cependant, l'homme avait toujours l'impression que Howe en savait plus long à son sujet qu'il ne le montrait. Nassim avait l'impression de n'être qu'un jouet suspendu à ses lèvres. Pourtant, il se surprit à sourire.
« A toi de le découvrir, tu ne crois pas ? » Il s'approcha à nouveau de Howe, plongeant son regard dans le sien avec une infinie délicatesse.
Il le laissa observer jusqu'au fond de ses yeux, tenter de pénétrer dans des recoins de son âme dont Nassim lui-même ignorait jusqu'à l'existence.
Et pendant ce temps, Nassim taisait sa légilimencie. Il aurait pu tout lire, tout découvrir, mais il n'en fit rien, non pour des raisons morales, parce qu'il avait envie d'être surpris. Il espérait que Howe le bousculerait tant que son étonnement parviendrait à briser un peu de sa propre retenue, lui donnerait la force d'affronter ses chimères.
« Si tu me distrais, je te dirai peut-être quelque chose en retour. »
Il fit cette promesse en ignorant ce qu'il avait à offrir ; il n'avait pas la moindre idée du secret qu'il pouvait révéler. Non parce qu'il s'efforçait de déterminer laquelle de ses confidences ne serait pas nocive pour son clan. Nassim avait découvert qu'en l'absence de Lucius, sa langue se déliait plus volontiers ; il n'éprouvait plus le même désir de se taire, et n'avait pas autant conscience de la nécessité du silence. Il pouvait peut-être révéler la plus grande faille d'Aquila à Howe. Ou bien il lui parlerait de ses cauchemars ; en soi, cela ne le dérangerait nullement, si Howe lui montrait qu'il le méritait.
Mais la promesse était scellée, et Nassim recula d'un pas, sans se soucier du vide qui gisait sous ses pieds. S'il devait tomber, il voulait bien se laisser emporter ; qui sait, Howe le sauverait peut-être à son tour.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 58
★ AVATAR : eren j. (snk)
★ CRÉDITS : nassim & sahil & croyance & septima, merci à vous.
★ RÔLE : tapineur & reporter.
Howe
LIONTARI
La vie avait décidé de ne pas être tendre avec Howe et de ne pas lui mâcher le travail. À croire que par sa double nature de tapineur et de reporter, rien ne lui tomberait tout cru dans la gueule. Il lui faudrait toujours se débattre, se démener pour obtenir les fragments d'information dont sa survie dépendait. Car c'était de sa vie dont il était question chaque fois qu'il devait découvrir un secret, et si sa vie physique n'était pas toujours en danger, sa vie sociale, elle, était constamment menacée. Il en faisait une priorité parce qu'il n'avait rien d'autre. Il cherchait avidement ce que les autres ignoraient dans l'espoir, non de se faire une place au soleil, mais de pouvoir tenir la tête hors de l'océan de tromperies dans lequel il se maintenait péniblement.
Oh, il était fataliste et dramatique, mais il est vrai que Nassim l'y incitait. Le cerbère gérait sans cesse des situations complexes afin d'assurer la sécurité de ceux qui l'employaient, il était tout naturel qu'il ne se confiât pas au premier abord, et cela, Howe le comprenait. Mais il se sentait dépité de se voir opposé un nouveau secret alors qu'il espérait désespérément se voir accorder la primauté sur les pensées cachées de Nassim. Il ne les aurait pas vendues, mais la curiosité le poussait à les découvrir. Seulement voilà, son métier (officiel comme officieux) lui collait à la peau, et s'interposait trop souvent dans les relations qu'il avait avec les autres. Le Chinois ne pouvait guère blâmer ses interlocuteurs de se méfier de lui et de choisir une prudente discrétion lorsqu'ils osaient lui parler. Si seulement ils avaient pu se confier en toute tranquillité.
Nassim l'invitait à le découvrir, à essayer de percer ses pensées, malheureusement, Howe avait beau de le regarder de ses yeux faussement clairs, il ne parvenait pas à comprendre ce que le regard sombre du cerbère cachait. D'une voix douce, il s'excusa :

« Je suis reporter, tu sais, pas légilimens, tu sais. Je ne peux pas déchiffrer tes pensées ou deviner ce que tu as en tête. »

Cette capacité aurait été probablement très pratique s'il l'avait possédée, mais Howe était affligeant de banalité - il ne pouvait pas avoir de particularité qui n'était pas massivement partagée par les autres.
Mais il disposait d'autres armes pour amener les autres à s'ouvrir à lui, même s'il ne les maîtrisait pas toujours parfaitement - en témoignait l'échec cuisant qu'il connaissait avec l'ancien jumeau d'Asvos. Cependant, Howe espérait qu'en faisant preuve de douceur et de compréhension, il arriverait à éveiller en Nassim un peu de compassion pour cet être étrangement évidé qui avait besoin de mots tus pour se remplir. Il devait également se départir d'une partie du mystère qui l'entourait, pour que son âme plane et commune brillât de toute sa trivialité et inspirât la certitude que Howe était un homme comme les autres. Mais il était moins à l'aise avec cette image qu'il ne désirait même pas imposer aux autres.
Il aima à croire que son attitude avait su toucher la compassion de Nassim, puisque ce dernier lui proposa une information s'il parvenait à le distraire. En cillant, les yeux de Howe apparurent dans toute leur froide irréalité. Il n'était pas un troubadour et se considérait, sans doute à juste titre, comme une personne terriblement ennuyeuse. Il brûlait de répondre un peu méchamment et de demander au cerbère si sa chute n'avait pas été assez distrayante pour lui, mais le Chinois savait que ce n'était pas de cela que son camarade parlait. Il ne désirait pas de vains amusements, de vaines jongleries qui l'auraient laissé parfaitement indifférent, il voulait être touché en plein cœur par quelque chose que Howe aurait montré de lui, une facette qu'il ne soupçonnait pas encore et qui l'aurait peut-être amusé. Mais Howe n'avait qu'un vide profond en lui, qu'il ne pouvait se permettre de découvrir, tant il avait peur des conséquences que cette réalité causerait.

« Te distraire ? répéta Howe qui, perturbé, laissa son accent plus indompté que jamais. Je ne sais pas trop ce que je pourrais faire. On pourrait faire la course, si tu veux, le premier à atteindre tel rocher là-bas, mais je ne sais pas si c'est que tu veux. Ou bien tu veux des nouvelles d'Ingary, auquel cas je serais ravi de te brosser un portrait pittoresque de ce qu'on peut y trouver. »

Et il était sincère, plus ou moins. Il ne dirait rien de trop compromettant car le verrou du secret tenait ses lèvres closes, mais il pouvait lui parler d'autre chose - la vie, par exemple, telle qu'elle se déroulait sous ses yeux, telle que les autres la construisaient, alors que lui restait sur le côté, à les observer, sans oser s'y mêler. Il n'éprouvait pas forcément le désir de cette vie-là, ni d'une autre, d'ailleurs, il était bien content de sa position marginalisée. Mais il en ressentait toute la beauté de ce consensus muet et rêvait de pouvoir au moins comprendre l'attrait de cette vie véritablement banale et sans intérêt.

Voir le profil de l'utilisateur
★ MESSAGES : 131
★ AVATAR : ookurikara
★ CRÉDITS : effie / sahil / croyance
★ RÔLE : cerbère
Nassim
AQUILA
Nassim se demandait parfois s'il s'ennuyait de sa vie de cerbère. Elle n'avait rien de bien compliqué, dans le fond : il devait être présent partout, pour tout. Ce qu'il y avait de vraiment dur, c'étaient les situations auxquelles il était confronté. Alors oui, il avait parfois besoin d'une pause ; il désirait un divertissement qui le ferait rappeler qu'il n'était qu'un homme, avec ses limites et ses failles. Il savait que Howe était le seul à pouvoir lui faire prendre conscience de son humanité : jamais il n'avait vu quelqu'un qui semblait porter sur lui tout le spectre des émotions humaines. Il y avait de tout en Howe, à tel point qu'il était parfois difficile de discerner sa colère de ses joies, ses frustrations de ses satisfactions, car il avait cette capacité à être imprévisible. Lorsque Nassim croyait le comprendre, il découvrait bien vite qu'il n'avait fait que l'enserrer dans un concept trop étroit pour le journaliste. Que dire, par exemple, de ce regard en amande, aux pupilles décidément trop vertes ? Que faire d'un reporter que l'on ne voyait jamais aux alentours, sauf dans les endroits les plus incongrus ?
Nassim n'était pas prêt à résoudre le mystère. Et d'ailleurs, il ne le voulait sans doute pas.
Le légilimens, c'était lui, mais il tut la remarque car elle n'aurait servi à rien. Il ne comptait pas se servir de son don sur Howe, pas dans l'immédiat, cela lui semblait totalement inutile. Il ne saurait que faire des pensées de Howe ; elles étaient bien enfermées dans le secret de son esprit. Malgré tout, que répondre à cela, lui qui ne désirait pas se dévoiler à un journaliste, mais qui ne pouvait pas répondre « moi non plus » sans mentir ? Il choisit donc le silence, tout en se disant que Howe trouverait bien là de quoi enflammer sa curiosité.
A la place, il s'en tint à sa demande.
« Faire la course, alors que tu as failli tomber ? répéta-t-il avec un brin de sarcasme. Voyons, tu n'y penses pas. Parle-moi plutôt d'Ingary, je n'y vais pas souvent et je suis sûr qu'il s'y passe bien des choses intéressantes. »
Une histoire ? pourquoi pas. Nassim n'avait rien contre. Il aurait volontiers qu'on lui en raconte avant d'aller se coucher ; de jolis contes remplis de couleurs, pour peupler ses rêves de visions infiniment plus agréables que ses habituels cauchemars.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: L'Enclave :: L'Est de l'Enclave :: Chalet Va-et-Vient
En imposanteur. (nassim)

Sauter vers: